La CMU-C est-elle pour vous ?

Source photo: https://www.mutuelle-land.com/glossaire-mutuelle/cmu-c.html

Seules les personnes aux ressources très faibles et vivant en France peuvent prétendre à la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C). Gratuite, elle finance, à la place de l’assuré, le ticket modérateur, les participations forfaitaires, le forfait journalier lors d’une hospitalisation… Mais aussi certains dépassements de tarifs – toutefois plafonnés – sur les lunettes, les prothèses dentaires, auditives, et sur certains dispositifs médicaux.

Autres avantages, l’assuré profite du tiers-payant et d’une réduction de ses factures de gaz et d’électricité.

 

A noter : Jusqu’au 1er janvier 2016, la CMU existait également en tant qu’assurance maladie de base. Elle a été supprimée, à la suite de la création de la protection universelle maladie (Puma).

 

Résider en France

 

Pour bénéficier de la CMU-C, le Français ou l’étranger qui en fait la demande doit impérativement résider en France, de façon régulière et ininterrompue depuis au moins trois mois.

 

Quatre situations font exception à cette obligation :

Source photo : https://lc.cx/G6Fx

  • Lorsque la personne est affiliée à un régime obligatoire de protection sociale car elle exerce une activité professionnelle en France de plus de trois mois
  • lorsqu’elle est inscrite dans un établissement d’enseignement, lorsqu’elle réalise un stage en France en vertu d’accords de coopération, ou un stage de formation professionnelle depuis plus de trois mois
  • lorsqu’elle perçoit certaines prestations (familiales, de logement, d’aide sociale…)
  • lorsqu’elle a effectué un volontariat international à l’étranger et qu’elle ne bénéficie d’aucun droit à l’assurance maladie
  • pour l’étranger : lorsqu’il est demandeur d’asile, du statut de réfugié, ou lorsqu’il a obtenu l’un ou l’autre

 

Des ressources faibles

 

Pour qu’un candidat à la CMU-C puisse en bénéficier, ses ressources, évaluées sur les 12 derniers mois, ne doivent pas dépasser un certain montant. Ce montant se chiffre à 13 085 euros dans le cas d’une personne vivant seule en métropole.

Si cette condition n’est pas remplie, la personne doit alors se renseigner sur l’aide à l’acquisition d’une complémentaire santé (ACS).